Phase de rééducation (1,2,4,5,6)

Mise à jour : juin 2011

Introduction

Comme nous l'avons dit précédemment, le traitement est à adapter en fonction du bilan clinique initial.

 

Voici les prinicpaux axes :

  • Etirements et assouplissements des différentes chaines musculaires: du quadriceps, des ischio-jambiers, du tenseur du fascia lata, des pelvitrochantériens.
  • Assouplissements des structures peri patellaire .
  • Renforcement des muscles déficitaires et rééquilibration des forces agonistes/antagonistes: quadriceps, ischio-jambiers et rotateurs internes du genou.
  • Respect de la non douleur .

Le suivi de rééducation permet de contrôler l'efficacité de la rééducation. Sa durée dépend des résultats obtenus. Il ne sert à rien de prolonger une rééducation bien faite mais inefficace. Il est dommage d'arrêter brutalement une rééducation qui donne des résultats.

Etirements

Ils sont  centrés sur les déséquilibres mis en évidence, principalement par la technique de relaxation postisometrique (RPI). Comme nous l'avons vu dans la partie physiopathologie, les muscles "rétractés" sont : 

  • Les fléchisseurs et rotateurs externes de hanche
  • Le tenseur du facsia lata
  • La bandelette de Maissiat ou bandelette ilio-tibiale
  • Les ischio-jambiers
  • Le quadriceps
  • Le triceps sural

Voici les principaux etirements  musculaires pratiqués par le MKDE :

Etirement des ischio-jambiers par le MKDE
Etirement des ischio-jambiers par le MKDE
Etirement des adducteurs par le MKDE
Etirement des adducteurs par le MKDE
Etirement du quadriceps par le MKDE
Etirement du quadriceps par le MKDE
Etirement de l'ilio-psoas par le MKDE
Etirement de l'ilio-psoas par le MKDE

Renforcement musculaire

renforcement du quadriceps en CCF
renforcement du quadriceps en CCF

Encore un fois,  le renforcement est basé sur le bilan clinique initial. Les premiers exercices sont à effectuer en chaine cinétique fermée. En effet, en chaine cinétique fermée, les ischio jambiers et le quadriceps ont une action synergique qui diminuent les contraintes fémoropatellaire: c'est le paradoxe de Lombard (2). En chaîne cinétique ouverte, il existe une contraction isolée du quadriceps ou des ischio-jambiers qui exerce un stress supplémentaire sur l'articulation fémro-patéllaire. Le renforcement musculaire peut s'effectuer par électrostimulation. Plus précisement on peut demander :

 


  • Un travail dynamique concentrique du quadriceps, en fonction des résultats du bilan isocinétique chez des patients sélectionnés.
  • Un  travail des fléchisseurs du genou: il  est nécessaire en cas de déficit avéré des ischio-jambiers.
  • Un travail des rotateurs externes de hanche. Une étude de cohorte canadienne(3) réalisées sur 25 patients dont 15 souffrant de SDR montre  une diminution de la douleur après 3 semaines de renforcement des abducteurs de hanche.
  • Un travail  des peroniers latéraux ou jambiers antérieurs en cas de déficit.

 

  Dans un second temps, on effectuera un travail en CCO, d'abord en statique puis en excentrique et concentrique en augmentant les charges de travail progressivement. On travaille alors les rotateurs du genou. Un travail des rotateurs internes du genou est indispensable en concentrique, en statique et en excentrique en cas d'hyper-rotation externe du genou.

 

Ces exercices doivent être réalisés dans le respect de la non douleur. Il faut insister sur la nécessité d'un apprentissage d'exercice réalisable au domicile. Voir la fiche 


Travail articulaire

Il s'agit principalement de techniques de mobilisations: mobilisations passives muldirectionnelles. Au cours de la mobilisation de la patella vers le bas et en translation médiale, des techniques de "contracter-relâcher" sont associées sur le vaste latéral ainsi que sur les rotateurs latéraux du membre inférieur. Il s'agit d'un travail de recentrage actif de la patella.                                           Voir la video

Travail des schémas moteurs

Travail de proprioception
Travail de proprioception

 

 

 

    Il s'agit d'un temps fondamental. Le SDR est une pathologie de surcharge et de déséquilibre. Le travail proprioceptif en CCF permet de travailler une réponse musculaire adaptée de tous les groupes musculaires de façon automatique dans les positions de déséquilibre. 

 

Technique de contention

Technique de contention selon Mc Connel
Technique de contention selon Mc Connel

   Fréquemment retrouvé dans la litérature, Il s'agit de la technique de Patellar taping de Mc connell. L'objectif est de provoquer un abaissement de la patella de manière à l'engager centrée dans le rail trochléen. Elle limite également la mise en tension du tendon patellaire dans les 30 premier degrés de flexion. Les études se contredisent à son sujet (1,6,7,8,9,10,11). Une méta analyse parue dans l'American College of Rhumatology (11) portant sur 13 études récentes montre une amélioration significative de la douleur chronique du genou, mais limite ces résultats par une heterogénicité des différentes études ainsi que des biais de publications. Par ailleurs, son action prolongée peut conduire a une atrophie du quadriceps .

Orthèses plantaires

       Le bénéfice des orthèses plantaires (12) est mis en évidence par une étude américaine. Il s'agit d'une étude rétrospective portant sur 102 sujets présentant un SDR clinique avec varus de l'avant pied, résistant à la thérapeutique habituelle. Le port d'orthèse permet l'amélioration des symptômes dans 76% des cas. Cependant, il n'a pas été réalisé de groupe témoin. Par ailleurs, Sultive et Al (13) ont mis en évidence les variables prédictives permettant d'identifier les sujets présentant un SDR et susceptibles d'être améliorée par le port d'une orthése plantaire standard, associé à une modification de l'activité. Les résultats étaient considérés positifs pour une diminution de la douleur de 50%. Ils sont répertoriés ci-après :

  • 2° ou plus de valgus de l'avant pied
  • 78° ou moins d'extension de l'hallux
  • 5° ou moins de valgus , ou varus du calcanéum pendant la phase de non appui
  • 3 mm ou moins de hauteur du naviculaire



En pratique, il ne faut pas oublier d'examiner les pieds devant une douleur du genou. La fabrication d'orthése n'est pas systématique mais peut être évoquée devant un SDR en impasse thérapeutique , chez un patient présentant les troubles de la statique plantaire.

De la même façon, une modification du chaussage sportif peut être à l'origine de l'apparition d'un SDR.

Reprise de l'activité

   Il s'agit d'un point fondamental car la symptômes peuvent durer plusieurs mois et il s'agit de la principale interrogation du patient. D'aprés Labotz (14), plus le patient pratique une activité physique en condition douloureuse, plus le délai de retour  à l'activité sportive est long. La reprise sportive doit se faire dans le respect de la non douleur  avec poursuite de la réeducation.Celle-ci peut durer 4 à 6 mois.