Tests des laxités

Flèche bas Flèche haut

Laxités frontales en extension

Recherche d'une laxite externe en extension
Recherche d'une laxite externe en extension
  Patient en décubitus dorsal, genou en extension. La jambe est calée dans le creux axillaire de l’examinateur, les mains sont appliquées sur les faces latérales du genou. Une main palpe l’interligne et l’autre provoque le mouvement de valgus ou de varus  en s’aidant du poids du corps. C’est le caractère asymétrique de la laxité qui est pathologique. Le patient peut être une référence. Cette laxité s’explique, soit par une lésion ligamentaire , soit par une usure fémoro-tibiale, soit les deux. Une laxité  en extension doit faire suspecter la lésion d’un ligament croisé antérieur ou postérieur, jusqu’à preuve du contraire.

Laxités frontales à 30° de flexion

Description : même position que précédemment en déverrouillant le genou à 20°-30°.On recherche :


  Une laxité interne (VALFE)


Le mouvement imprimé est davantage un valgus flexion que valgus flexion rotation externe : VALFE. Une laxité en valgus flexion rotation externe signe une lésion du LLI. 


  Une laxité externe (VARFI)


Le varus flexion rotation interne (VARFI) explore les formations externes. Là encore, seul le caractère asymétrique de la laxité est pathologique. 

Recherche d'une laxité antérieure

Le test de Lachman-Trillat

avec l'aimable autorisation de Molly Borman-Pullen
Test de LACHMAN TRILLAT (reproduit avec l'aimable autorisation de Molly Borman-Pullen)
  •   Patient en décubitus dorsal, les muscles de la cuisse relâchés. Le genou fléchi à 20° de flexion, une main fixant la partie inférieure de la cuisse, l’autre empaumant le tibia, le pouce étant placé sur la Tubérosité Tibiale Antérieure. Le talon repose sur la table d’examen. La main tibiale imprime subitement une translation tibiale antérieure. On apprécie l’arrêt «dur» ou «mou» ou « l'arrêt dur retardé » du tiroir en fin de course. Il témoigne d'une rupture partielle ou complète du LCA. Bien entendu, ce test est bilatéral et comparatif. Sensibilité 0.82-0.99, spécificité 0.42-0.97, sur 3 études différentes aprés contrôle arthoscopique (2). Voir la video

Le ressaut en extension ou Jerk test

Jerk test (reproduit avec l'aimable autorisation de Molly Borman-Pullen)
Jerk test (reproduit avec l'aimable autorisation de Molly Borman-Pullen)
  •  Le patient est en décubitus dorsal, la jambe tendue. L'examinateur empaume d'une main le pied qu'il place en rotation interne. De l'autre il exerce un mouvement de  valgus  sur la face externe du genou qu'il mène en flexion. Lorsqu'un ressaut est ressenti lors de la flexion, il signe une rupture du LCA. Voir la video

 

Recherche d'une laxité postérieure

Recherche d'une laxite postérieure
Recherche d'une laxite postérieure
  •  Tiroir postérieur direct (TP): Le sujet est en décubitus dorsal genou de 70 à 90° de flexion pied en rotation neutre. L’examinateur s’assoit sur le pied du patient, pousse vers l’arrière avec ses deux pouces placés sur la TTA. Positif, c’est-à-dire en cas de recul du plateau tibial, ce test signe une rupture du LCP.  Voir la video