Interrogatoire


   Il faut commencer par s’enquérir des antécédents du genou lésé, mais également de l'autre genou: la notion d’une pathologie du genou opposé peut être un élément d’orientation diagnostique utile.
   Il faut relever  l’âge, les activités physiques et sportives. L’interrogatoire fait préciser le ou les troubles à l’origine de la consultation. Il y en a quatre: la douleur, l’instabilité, le gonflement et le blocage.  Il convient tout d’abord de noter : 
  • La date d’apparition

  • La notion éventuelle de traumatisme initial, sportif ou autre

  • La rapidité d’installation, aiguë, rapide ou progressive

  • Ses facteurs déclenchants, lors de la marche, dans les escaliers (montée ou descente), la nuit etc…

  • Son évolution dans le temps

  • Et enfin l’état actuel et l’importance du retentissement de ce trouble sur le patient

 

La douleur

C’est la manifestation la plus souvent rencontrée et c’est une cause fréquente de consultation. Sa localisation est importante et peut orienter rapidement le diagnostic : une douleur antérieure, éventuellement associée à une douleur postérieure peut être d’origine rotulienne. La douleur du SDR est volontier antérieure ou antéro-interne, pouvant évoquer une lésion méniscale interne . Cette douleur est augmentée par la station assise prolongée (signe du cinéma), augmentée par la course a pied ainsi que les montées /descentes.


L’instabilité

Elle se caractérise par une sensation d’instabilité ressentie par le patient. Il s'agit donc d'un élément très subjectif. Une instabilité oriente le diagnostic vers une étiologie ligamentaire. Les dérobements sont plutôt d’origine musculaire ou rotulienne, avec une sensation de genou qui « lâche », par sidération musculaire consécutive à la douleur.


Le gonflement

Le gonflement du genou est habituellement remarqué par le patient d’autant qu’il peut être à l’origine d’une gêne douloureuse. Il est bien entendu en rapport avec un épanchement, le plus souvent synovial. Sa présence traduit une réaction inflammatoire du genou, dont il convient de rechercher la cause.


Le blocage

Il faut bien différencier le vrai blocage, du à une cause mécanique intra articulaire : anse de seau méniscale, corps étranger libre dans l’articulation. C’est l’impossibilité à étendre le genou, alors que la flexion reste possible. Le vrai blocage se produit donc en extension.
Les « faux » blocages se produisent quant à eux, en flexion, dans des circonstances très variables. Ils peuvent persister plusieurs heures. Ils sont évocateurs d’une étiologie rotulienne.